Les grands architectes

Henri Sauvage

Fils d’un entrepreneur de tentures décoratives

École nationale supérieure des beaux-arts de 1892 à 1903 mais quitte l’École sans en être diplômé et se revendique autodidacte

1898-1902 : villa Louis Majorelle, 1 rue Louis-Majorelle, Nancy, avec Lucien Weissenburger architecte d’exécution, Alexandre Charpentier, sculpteur; Francis Jourdain, décorateur; Alexandre Bigot, céramiste.

1899 : aménagement de deux salons au Café de Paris, 41 avenue de l’OpéraParis 1er, détruits dans la années 1950 (le salon mauve a été reconstitué au musée Carnavalet, Paris)

1900 : théâtre de Loïe Fuller à l’Exposition universelle de Paris (détruit)

1903 : immeuble de rapport, 17 rue DamrémontParis 18e (

 

Auguste Perret

grand-père carrier et d’un père tailleur de pierre

quitte l’École des Beaux-Arts pour rejoindre l’entreprise familiale — avant même d’obtenir son diplôme, ou de tenter un possible Prix de Rome

Le Théâtre des Champs-Élysées (1913)

L’église Notre-Dame au Raincy (1922-1923), en collaboration avec son frère Gustave

Clocher de l’église de Saint-Vaury

 

Corbusier

descendant d’une lignée d’artisans

fils chef d’une petite entreprise spécialisée dans une filière spécifique de l’industrie horlogère jurassienne

sans diplôme

le projet de ville contemporaine de trois millions d’habitants, présenté au salon d’Automne à Paris en 1922

la Villa Ker-Ka-Ré aussi appelée Villa Besnus, à Vaucresson, sa première réalisation française livrée en 1923 à un couple de rentiers retraités

la maison-atelier Ozenfant pour son ami peintre, à Paris, également livré en 1923

 

Mallet-Stevens

famille de collectionneurs

École spéciale d’architecture de Paris

De 1921 à 1923, il entreprend la construction de la Villa Paul Poiret à Mézy-sur-Seine dans les Yvelines

En 1923-1928, le vicomte Charles de Noailles lui commande la Villa Noailles à Hyères

En 1926, il élève la Villa Collinet à Boulogne-Billancourt

 

Charles Garnier

Fils d’un de loueur de voitures hippomobiles et d’une fille de capitaine

École des beaux-arts

premier grand prix de Rome d’architecture en 1848

1859-1860. Maison de rapport, 75 boulevard de SébastopolParis 2e.

  1. Magasins de décor, rue RicherParis 9e; détruits par incendie en 1894.

1865-1870. Hôtel particulier, rue du Docteur-Lancereaux ; connu sous le nom de « maison opéra ».

gagne le concours de l’Opéra en 1861

réalise en fin de carrière de nombreux tombeaux

 

Victor Baltard

fils de l’architecte Louis-Pierre Baltard

École des Beaux-Arts de Paris

grand prix de Rome

L’Hôtel du Timbre et de l’Enregistrement (1846-1852)

La tombe du compositeur Louis James Alfred Lefébure-Wély (1817-1869) au cimetière du Père-Lachaise (photographie)

Les 12 Pavillons des Halles de Paris

réalise en fin de carrière de nombreux tombeaux

 

Henri Labrouste

frère de l’architecte Théodore Labrouste

famille de juristes bordelais favorables aux idées révolutionnaires quoique modérées

École des Beaux-Arts de Paris

grand prix de Rome

1834 Transformation de la façade des Beaux-Arts de Paris

1837 Tombe Brunet et Ridèle au cimetière du Montparnasse à Paris

18381851 La Bibliothèque Sainte-Geneviève,

 

Viollet le duc

Fils conservateur des résidences royales

 

%d blogueurs aiment cette page :