Conquête et exercice du pouvoir : les 15 meilleurs et pires films de fiction sur les politiques

Un cinéma très cliché

L’histoire est toujours un peu la même : un idéaliste (en règle général, un homme soutenu dans son sombat par l’amour d’une femme) s’oppose à d’affreux politiciens, très influents, incroyablement menteurs et totalement manipulateurs. Certains  le sont par goût du pouvoir, d’autres par faiblesse. La lutte entre le bien et le mal est âpre et inégale. Le découragement guette le héros. Mais, avec Capra, tout se termine bien. C’était avant la seconde guerre. Une éternité. 

Aujourd’hui, le pouvoir fascine toujours autant mais l’idéalisation n’est plus de mise. Depuis la découverte de la face sombre de la famille Kennedy et la fin du communisme, le cinéma revient de façon régulière – et lancinante – sur le désenchantement du monde et la démystification générale du politique. Le tout est parfois adapté d’excellents romans, souvent inspiré de faits réels, joué par des acteurs chevronnés, tourné par de grands réalisateurs et généralement pimenté par une déclinaison inédite de la théorie du complot. Mais rien n’y fait : le genre reste embouteillé par les clichés et le mélange de bons ingrédients accouche le plus souvent de parfaits navets. Dommage…

En attendant des oeuvres du niveau de Citizen Kane ou d’Un homme dans la foule, trois films méritent d’être vus (une fois suffira) : Mr Smith au Sénat qui rappelle qu’il fut une époque où le citoyen voulait encore y croire, Que le meilleur l’emporte pour sa complexité et Il divo pour son héros principal (même si ce film confirme la tendance du cinéma d’auteur italien à osciller constamment entre le drame et la comédie). Et le cinéma français ? Inutile de perdre son temps : nos films de fiction sur les politiques sont tous accablants par leur vision caricaturale et grotesque du pouvoir, La conquête emportant haut la main la palme du ridicule et de l’humour involontaire.

Franck Gintrand

Conquêtes et exercice du pouvoir (2) : les 10 meilleurs films documentaires sur les politiques – En préparation

Mr Smith au Sénat de Frank Capra (1940)

Acteur principal : James Stewart

L’histoire :  Poussé à se présenter aux élections sénatoriales, le jeune sénateur Smith découvre que ses amis politiques se servent de lui pour couvrir une vaste opération immobilière. Refusant de se prêter au jeu, il se retrouve au coeur d’une campagne de calomnie dont il ne ressortira vainqueur qu’au prix de 24h de débats d’afilée.

Deux raisons de voir ce film : 1) la dénonciation – certes naïve mais avant gardiste – de la corruption de la politique par l’argent doublée d’une description fine de l’influence des médias; 2) l’interprétation de très bon niveau avec James Stewart dans le rôle du héros, Jean Arthur en secrétaire usée (un rôle féminin étonnement riche pour l’époque) ou encore Claude Rains en sénateur corrompu mais empathique.

Récompense : nominé onze fois aux Oscars, le film est éclipsé cette année là par Autant en emporte le vent

Tempête à Washington de Otto Preminger (1962)

Acteur principal :  Henry Fonda

L’histoire : Le président des Etats-Unis vient de choisir son nouveau secrétaire d’Etat aux affaires étrangères : Robert Leffingwell. Avant d’être entériné par le Sénat, ce choix doit être examiné en commission d’enquête. Les ennemis de Leffingwell vont tout faire pour le discréditer…

Deux raisons de voir ce film : 1) on découvre les arcanes de de la politique américaine depuis la Maison blanche jusqu’à la commission d’enquête sénatoriale en passant par une réception mondaine et des réunions en petit comité; 2) un des meilleurs films sinon le meilleur film de Preminger.

Inspiré : de la chasse aux communistes lancée par le sénateur McCarthy et de la figure du président malade que fut Franklin D. Roosevelt

Adapté : d’un roman du journaliste Allen Drury paru au début des années 60 et récompensé par le prix Pulitzer  

Voir la bande annonce

Que le meilleur l’emporte de Franklin J. Schaffner (1964)

Acteur principal : Henry Fonda

L’histoire : deux candidats du parti présidentiel semblent en mesure d’emporter la prochaine élection : William Russell est un intellectuel issu de l’élite et semble le mieux armé pour l’emporter. Face à lui : Joe Cantwell outsider proche du peuple et prêt à tout pour renverser la tendance. Pour arbitrer ce duel, le Président Hockstader doit jouer un rôle prépondérant en apportant son soutien à l’un des deux prétendants…

Voir la bande annonce

Sept jours en mai de  John Frankenheimer (1964)

Les acteurs principaux : Burt Lancaster, Kirk Douglas, Fredric March, Ava Gardner

L’histoire :  En 1980, les présidents des Etats-Unis et de l’URSS décident la fin de la guerre froide, mais le Pentagone soutenu par lobby de l’armement ne l’entend pas de cette oreille et fomente un coup d’Etat.

Deux raisons de voir ce film : 1) un exemple de politique fiction; 2) un suspens remarquable.

Votez McKay de Michael Ritchie (1971)

Acteur principal : Robert Redford

L’histoire : Bill McKay, jeune avocat libéral réputé pour son intégrité, se présente à l’élection de sénateur de l’Etat de Californie sous la bannière démocrate… Contre toute attente, il monte inexorablement dans les sondages…

Voir la bande annonce

Des hommes d’influence de Barry Levinson (1997)

Les acteurs principaux : Dustin Hoffman et Robert De Niro

L’histoire : Deux semaines avant les élections, le Président est impliqué dans un scandale sexuel. Pour faire diversion, Conrad Brean, conseiller-expert en manipulations, lance une rumeur sur une guerre complètement imaginaire et, pour mettre en scène son idée géniale, contacte un célèbre producteur hollywoodien.

Deux raisons d’aller voir ce film : 1) en prenant prétexte d’une affaire de moeurs se référant très explicitement  aux aventures extra-conjugales de John Kennedy, le film parle de l’instrumentalisation de la guerre à des fins de politique intérieure, trois ans avant la première guerre du golfe; 2) une comédie loufoque et drôle. Une réplique du film donne une idée plus générale du ton : « Mais bien sûr que nous sommes en guerre, la preuve c’est qu’on voit cette guerre à la télévision, vous ne regardez jamais la télévision ? »

Adapté de : « American hero » de Larry Beinhart

Récompense : Oscars 1988 et Golden globes 1988, Ours d’Argent et Prix Spécial du Jury à la Berlinale de 1998

Voir la bande annonce

Primary Colors de Mike Nichols (1998)

Les acteurs principaux :  Emma Thompson et John Travolta

L’histoire : un jeune noir, militant du Parti Démocrate lors des élections primaires de 1992, se rapproche de son candidat et découvre un personnage beaucoup plus complexe qu’il ne l’imaginait.

Deux raisons de voir ce film : 1) le personnage de John Stanton se voit impliqué dans une affaire de moeurs pour avoir entretenu une relation extra-conjugale ! Et tout comme Bill Clinton, il apparaît le lendemain sur une chaîne nationale en compagnie de sa femme (Emma Thompson) afin de prouver leur amour inébranlable. Incroyable mais vrai; 2) un film prémonitoire.

Récompense : nommination aux Oscars 1999 ( Meilleure actrice dans un second rôle – Kathy Bates et Oscar du Meilleur scénario)

Adapté : du roman de Joe Klein, journaliste de Newsweek, d’abord édité anonymement

Inspiré de : Bill Clinton

Voir la bande annonce

Les fous du roi de Steven Zaillian (2006)

Les acteurs principaux :  Jude Law, Sean Penn, Kate Winslet

L’histoire : un homme, venant de la campagne, rempli d’idéaux, à la Nouvelle-Orléans, qui va se retrouver propulsé homme politique, et gouverneur de Louisiane.

Inspiré de : la vie du gouverneur Huey Pierce Long.

Adapté : du roman de Robert Penn Warren qui remporta le prix Pulitzer en 1946, « chef-d’œuvre de la littérature engagée ».

Président de Lionel Delplanque (2006)

Les acteurs principaux : Albert Dupontel, Jérémie Renier, Claude Rich

L’histoire : les coulisses du pouvoir ou la vie quotidienne d’un Président. Entre l’amour d’un père pour sa fille et les contradictions d’un chef d’Etat, que reste-il d’essentiel quand on a le pouvoir suprême ?

Voir la bande annonce

Le candidat de Niels Arestrup (2007)

Acteur principal : Yvan Attal

L’histoire :  Peu avant l’élection présidentielle d’un état européen, Michel Dedieu a remplacé au pied levé le candidat de son parti, contraint de se retirer à cause d’un cancer fulgurant. Au lendemain du premier tour, il ne lui reste que très peu de temps pour préparer avec son équipe rapprochée, le débat télévisé qui l’opposera à son adversaire. Au bord de l’épuisement, il découvre qu’il est en fait l’objet d’une terrible manipulation…

Voir la bande annonce

Il divo par Paolo Sorrentino (2008)

Les acteurs :

L’histoire : à 70 ans passés, Andreotti continue à surmonter toutes les difficultés, les batailles électorales, les attentats terroristes comme les accusations infamantes. Jusqu’à ce que le contre-pouvoir le plus fort de ce pays, la Mafia, décide de lui déclarer la guerre. Alors, les choses changent.

Récompense : Cannes 2008  (Prix du Jury – Paolo Sorrentino) et European Film Awards 2008 (Meilleur acteur – Toni Servillo)

La conquête de Xavier Durringer (2011)

Acteur principal : Denis Podalydès

L’histoire : raconté à la façon d’un thrille, l’ascension au pouvoir de Nicolas Sarkozy, de sa nomination au poste de ministre de l’Intérieur en 2002 à son élection à la tête de l’État français en 2007. Au menu : stratégie, trahisons, amitié, amour…

Voir la bande annonce

Pater de Alain Cavalier (2011)

Acteur principal : Vincent Lindon

L’histoire : chargé de mettre en oeuvre un projet de réforme par le président de la république avant la fin de son andat, le nouveau ministre se heurte bientôt à la réticence de ce dernier. Il démissionne et se présente à l’élection présidentielle, évinçant finalement son père en politique.

Inspiré de : des relations tendues entre Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac qui démissionna en 1976 et misa sur la défaite du président sortant en 1981.

Voir la bande annonce

Et maintenant sur les écrans…

Les marches du pouvoir de George Clooney (2011)

Acteur principal : George Clooney

L’histoire : Conseiller du gouverneur Morris, qui se prépare pour les élections à la présidence américaine, Stephen est décidé à faire honnêtement tout ce qu’il peut pour faire gagner celui qu’il considère sincèrement comme le meilleur candidat. Pourtant, face aux manipulations et aux coups tordus qui se multiplient vite, les arcanes du pouvoir le transforment…

L’exercice de l’Etat de Pierre Schoeller (2011)

Les acteurs principaux : Olivier Gourmet , Michel Blanc , Zabou Breitman

L’histoire : le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix. Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’Etat…

 

A lire aussi

%d blogueurs aiment cette page :