Maîtriser l’art de la conversation en toutes circonstances

Ne restez plus dans votre coin !

Vous que terrorise la perspective de ne rien avoir à dire en tête à tête ou en soirée, soyez définitivement rassuré :  on peut parler de culture sans être cultivé, être apprécié en disant le plus grand mal de ses amis ou assumer son égocentrisme sans être ennuyeux. Il suffit pour cela de respecter quelques règles de base…

Culture : vous n’y connaissez pas grand  chose ? Aucune importance !

Sauf à partager une soirée entre hommes, mieux vaut parlez de culture (au sens large du terme) que de sport (sauf exception, le sujet passionne rarement les femmes). Peu importe que vous n’ayez pas vu le dernier film ou la dernière expo du moment, ni assisté au concert de la star ou lu le roman de la rentrée. Il vous suffit de respecter quelques règles de base…

Restez vague

« Camille ! Mais c’est l’album du mois, à la fois puissant et fragile » ou encore « Almodovar ? Ca fait dix ans qu’il fait le même film mais en moins bien ! »

Soyez affirmatif

« J’en ai vu des Cassavetes, des Pialat… et bien, c’est pas si terrible que ça… »

Sachez battre en retraite

« Je dis pas que c’est nul Kundera, mais moi, perso, j’aime pas c’est tout ! Les goûts et les couleurs… »

Cultivez le « c’était mieux avant »

« Contrairement au précédant, celui-ci est vraiment raté »

Relancez la discussion sur le thème des artistes disparus

« Tiens, Jean Rouaud, on n’en parle plus du tout de ce type-là ! Et Mickey 3D, ils se sont séparés ? »

Proclamez la mort de l’art (avec un petit sourire en coin)

« L’art est mort, mon vieux ! La pornographie, ça, c’est l’avenir ! »

Les « autres » : un sujet sans fin

Mais de quoi discuterait-on – et avec qui – si les autres n’existaient pas ?! Heureusement, ce sujet bénéficie toujours d’oreilles attentives et se révèle inépuisable pour peu que vous ayez des collègues, un conjoint ou quelques amis compréhensifs…

Défoulez-vous après une altercation au travail

« J’aurais dû lui répondre : « Non mais, tu te prends pour Kate Moss ? » »

Moquez-vous des tics de langage vos collègues, de vos amis, de vos proches…

« Tiens voilà : « voili-voilou », « je vais te dire un truc » ou encore « Salut la misss ». Marche également pour « Salut la puce ».

Ridiculisez la « pseudo réussite » des autres

« Vous êtes allé dans la maison hors de prix des Berlan ? Dire qu’elle donne sur la nationale ! »

Dites du mal des gens que vous venez de rencontrer

« Elle a une tête à avoir un bloc cuisine » ou « Il a l’humour d’un type qui classe ces CD par ordre alphabétique »

Parler de soi intelligemment, sans barber et sans susciter de jalousie inutile

Parlez des autres, c’est bien. Savoir parler de soi, aussi. Attention : à bon escient, juste ce qu’il faut et, si possible, sur le mode de la confidence. Après tout, vous ne parlez pas de vous à n’importe qui…

Invoquez votre malchance légendaire dans la vie

« … alors, j’ai changé de file et, là, tu me crois si tu veux, celle où j’étais avant s’est mise à avancer d’un coup ! La mienne a été stoppée net par un vieux qui cherchait l’appoint en pièces de 1 centime »

… ou au foot à la télé

« Chaque fois que je regarde un match du PSG, ils perdent ! Quand je peux pas, il gagnent ! »

Faites part de vos bonnes résolutions

« Demain, je me mets au Pilate et au jogging, 3 kilomètres ! Ras le bol d’être fatiguée » ou – dans la version entreprise – « Demain, je me plante dans le bureau de Beaulieu et je lui dis ce que j’en pense, moi, de sa politique salariale ! »

Concluez sur les souvenirs du bon vieux temps

« Tu te souviens des Malabar roses avec de vraies décalcomanies ? Et du fruité pomme-casses ? ». Existe aussi en version musicale « Tu te souviens des paroles de « L’été indien », de « Capitaine Flam », etc. ? »

Franck Gintrand

Aller plus loin

Que dire sur les films qu’on n’a pas vu ?

Les livres qu’il faut avoir lu mais qu’on n’a rarement lu

Les citations sont extraites de « Nos vies sont formidables » de  Christophe Tison (Sonatine)

%d blogueurs aiment cette page :