Béton et industrialisation

L’industrialisation ne se contente pas de fabriquer en série des inventions. Elle révolutionne des productions anciennes.

Les arts industriels

Dès la fin du XVIIIe siècle, des manufactures dans le papier peint, le tissu ou la céramique optent pour une production efficace, rationnelle, innovante et de haute qualité qui manifeste déjà une différence avec le travail des corporations traditionnelles des métiers d’art. Christofle, une entreprise d’orfèvrerie, utilise le procédé de la galvanoplastie tout en suivant les tendances décoratives. Le mobilier urbain utilise la fonte avec ses candélabres en forme de colonnes grecques et ses fontaines Wallace.

La construction

Plusieurs secteurs sont concerné par l’apparition des nouveaux matériaux que sont le fer et le béton. La construction navale mais aussi le bâtiment et les ouvrages d’art. Partout, l’objectif est le même : gagner en productivité en employant des ouvriers faiblement qualifiés grâce à des procédés de construction simplifiés. 

Pour mesurer le chemin parcouru dans les processus de construction, il faut savoir qu’on distinguait en 1763 quatre types d’ouvriers intervenant sur le bâti : l’appareilleur chargé de préparer la coupe de la pierre, le tailleurs de pierre, le sculpteur de pierre (différent du sculpteur de bois) et le maçon, cette corporation se subdivisant trois métier, le métier de manœuvre pour le transport des outils et des matériaux; celui de compagnon en charge de poser la pierre et de fabriquer les enduits et enfin celui de maître-compagnon en charge de coordonner plusieurs ouvriers. 

L’industrie simplifie cette organisation du travail en donnant naissance à une industrie du bâtiment par étapes. De nouveaux fours autorisent la production en continu des céramiques à destination de la construction. La fonte (de 1780 à 1850) permet la reproduction en série d’éléments de décoration, de colonnes et de poutrelles pour la construction d’usines et de ponts (tel le pont des Arts à Paris). L’acier qui se développe à partir de 1880 ouvre la voie à l’utilisation d’ossatures pour la construction de gares et de grattes ciels. Le béton, enfin, autorise la production de parois ou de dalles préfabriquées en usine.

Franck Gintrand

SOMMAIRE

%d blogueurs aiment cette page :