La fin du marketing traditionnel selon Dru

 Co-fondateur de BDDP, une des agences françaises les plus talentueuses des années 80, puis patron du réseau américain TBWA à partir de 2001, Jean-Marie Dru publie la “disruption” en 1996, une méthode de brainstorming que le publicitaire entend élever au rang de théorie marketing, voire de stratégie d’entreprise. Une ambition à l’évidence démesurée.

Tenant de la vérité révélée appliquée au monde de la publicité, la disruption « apparait » à Jean-Marie Dru dans les années 90 (1). Toute nue et déjà prête à l’emploi. Avec sa liturgie en trois temps. Temps 1, la convention « permet de valider les habitudes figeant les pensées ». Temps 2, la disruption « brise » ces conventions pour repositionner la marque. Temps 3, la « vision » dont la marque est porteuse redessine le marché. Selon ce phasage, la disruption n’est donc ni le point de départ, ni la finalité d’un processus mais une phase intermédiaire correspondant à ce que Dru appelle dès 1984 le saut créatif. La différence entre le « saut créatif » et la « disruption » ? Difficile sinon impossible à dire. Aucune importance d’ailleurs : les termes du dogme sont inlassablement répétés (à quelques variantes près) par les (fidèles) disciples de la disruption et par les (nombreux) panégyristes de la publicité.

 

La suite de l’article Ici

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :